Interview de Lionel JANOT, président de la FIDI, sur le nouveau DPE : « Il est important que nous soyons source de conseil et de pédagogie »

Interview de Lionel JANOT, président de la FIDI, sur le nouveau DPE : « Il est important que nous soyons source de conseil et de pédagogie » CP et News externes

[Newsletter #Mai 2021]

« Nouveau DPE : il est important que nous soyons source de conseil et de pédagogie »

Après plus de deux ans de travaux, la réforme du DPE est pratiquement bouclée. Sur le terrain, ce nouveau DPE représente une vraie évolution à laquelle le diagnostiqueur n’aura pas forcément le temps de se préparer. Mais il représente aussi une opportunité pour la profession de se positionner au cœur de la rénovation énergétique. Rencontre avec Lionel Janot, président de la Fidi. 

L’échéance du 1er juillet 2021 vous paraît-elle tenable ? 

Lionel Janot : Dès l’automne 2020, nous avions alerté les pouvoirs publics parce que les délais nous paraissaient trop courts à la fois pour tester les logiciels et former l’ensemble des diagnostiqueurs. 
Nos craintes se vérifient aujourd’hui. Avec la loi Climat et résilience discutée en mai-juin au Sénat, qui fait du DPE l'un des pivots de la politique de rénovation énergétique, il est peu probable que l’entrée en vigueur du nouveau DPE bénéficie d’un nouveau report. À ce jour (début mai), les échanges se poursuivent avec la DHUP et les éditeurs de logiciels se montrent très actifs pour corriger les bugs, mais nous manquerons de temps pour nous former et nous familiariser avec la nouvelle méthode et les logiciels. Nous espérons qu’une période de transition supplémentaire de 2 mois pourra être instaurée, mais elle n’est pas prévue à ce jour.

Sur le terrain, à quoi les opérateurs doivent-ils s’attendre ? 

L. J. : La disparition de la méthode sur factures, le relevé de données d’entrée un peu plus nombreuses et surtout l’enregistrement de façon plus précises, du fait de l’opposabilité va demander plus de temps sur site. L’opérateur doit s’attendre à consacrer davantage de temps à son DPE. Non seulement, parce qu’une 3CL exige davantage de temps que la méthode des consommations réelles, mais aussi parce qu’il faut considérer de nombreux temps masqués liés à la préparation de la mission. L’opposabilité implique que toutes les données soient désormais tracées et vérifiées par des mesures, des observations ou par des documents transmis par le propriétaire. Sur le terrain, on entrevoit donc combien cette exigence de traçabilité risque de se révéler chronophage.

 

« 30 à 40% de temps supplémentaire »

 

Peut-on donner une estimation de ce temps supplémentaire exigé par ce nouveau DPE ? 

L. J. : Au début, on peut facilement estimer à 30-40% ce temps supplémentaire, d’autant que l’opérateur découvrira et testera son nouveau logiciel dans les conditions du réel. Bien sûr, au fil des semaines, les organisations de travail vont s’adapter et des automatismes se mettront en place, pour réduire les temps masqués et regagner en productivité. 
Mais même après cette période de rodage, ce nouveau DPE prendra plus de temps, parce qu’il demande aussi un effort d’accompagnement auprès des professionnels de l’immobilier et des particuliers. Notre filière aura un gros travail pédagogique à mener au cours des prochains mois pour expliquer la réforme et ses impacts. Expliquer par exemple, qu’un diagnostic avec des informations imprécises transmises par le propriétaire sera certes plus rapide, mais avec une étiquette potentiellement défavorable pour le client. 

La Fidi a justement lancé un partenariat avec l’Unis (Union des syndicats de l’immobilier) pour expliquer ce nouveau DPE … 

L. J. : Notre partenariat a débuté avec la Covid, avec la mise en place de protocoles sanitaires destinés à rassurer les professionnels de l’immobilier. Aujourd’hui, cette collaboration se poursuit sur le nouveau DPE avec un véritable travail de décryptage. Une première news commune a déjà été publiée en avril, d’autres suivront pour évoquer par exemple le DPE des immeubles en copropriété. 
Cet accompagnement sur le nouveau DPE nous paraît essentiel. Après le 1er juillet, des logements changeront de classe énergétique, et bien des questions - que l’on ne soupçonne pas encore forcément, surgiront à la vente comme à la location. Il est important que notre filière se mobilise pour anticiper, informer et renseigner  les professionnels de l’immobilier et que nous soyons source de conseil et de pédagogie. 
Avec ce nouveau DPE, on reste dans le diagnostic, mais la part du conseil occupe une place plus importante. C’est une nouvelle évolution pour notre métier. Nous avons commencé en effectuant des métrés dans les logements pour la Carrez, puis les diagnostics se sont ajoutés au fil des ans, et in fine, nous accompagnons les professionnels pour fluidifier la transaction. 

Audits énergétiques et CEE, deux nouvelles opportunités pour les diagnostiqueurs !

"Notre profession doit se saisir des opportunités qui se présentent et un nouveau grand pôle semble se dessiner aujourd'hui : celui de l'énergie", explique Lionel JANOT, président de la FIDI. Après un pôle de compétences "Diagnostics Obligatoires" et l'émergence, il y a quelques années d'un pôle de compétences autour de l'"Amiante", le diagnostiqueur peut aujourd'hui aller plus loin et développer un nouveau pôle prometteur, celui de l'Energie.

Audit énérgétique, tremplin du DPE V3

Suite aux évolutions du DPE V3, avec un audit énergétique rendu obligatoire pour les logements classés F et G mis en vente dès 2022 (puis E dès 2025 selon la loi Climat et Résilience), et même si beaucoup d’inconnues demeurent encore aujourd'hui sur le contenu de cet audit, les diagnostiqueurs vont probablement pouvoir étendre leurs prestations à condition de développer les compétences exigées pour sa réalisation. La FIDI plaide cependant auprès des pouvoirs publics pour que cet audit soit réalisé selon la méthode 3CL-2021 afin de conserver une cohérence avec le DPE. 

"Ce point nous paraît essentiel, car si l’audit est réalisé selon la méthode Th-CE ex et remet en cause le DPE effectué juste avant, tout le dispositif de rénovation énergétique imaginé par le gouvernement se trouve décrédibilisé.

Il est donc primordial que cet audit soit réalisé en 3CL. Tous les opérateurs ne pourront ou ne voudront pas aller sur cette prestation, mais nous sommes convaincus que notre filière a toute sa place. Certains de nos confrères sont déjà présents sur ce marché de l’audit, d’autres peuvent monter en compétence et les rejoindre. Notre filière est capable de proposer rapidement une nouvelle offre avec un maillage suffisamment dense et des critères de prix raisonnables répondant aux attentes des pouvoirs publics", précise Lionel JANOT.

Contrôles des CEE (Certificat d'économie d'énergie), autre marché potentiel pour les diagnostiqueurs

Sur le volet énergie, la FIDI milite également auprès des pouvoirs publics pour que les diagnostiqueurs interviennent dans le contrôle des CEE (Certificat d’économies d’énergie).
"Il s’agit aussi d’une opportunité pour notre filière à laquelle travaillons maintenant depuis plusieurs mois. Aujourd’hui, le dispositif des CEE ne fonctionne pas comme il le devrait, beaucoup de crédits sont dépensés pour des travaux non efficaces.

La grande majorité des chantiers ouvrant droit aux CEE échappe à tout contrôle et le nombre d’organismes de contrôle reste insuffisant, en raison de la barrière de l’accréditation Cofrac qui rend ce marché inaccessible aux petites structures", renchérit Lionel JANOT.

La FIDI se bat à la fois pour augmenter le nombre de ces contrôles et pour confier ces missions aux diagnostiqueurs. Une opportunité pour la filière, mais aussi pour les pouvoirs publics qui pourront veiller à la bonne utilisation des crédits, au service d’une rénovation énergétique réellement efficace. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez ici en téléchargement les documents FIDI sur le nouveau DPE :

 

Demande d'adhésion

devenir membre

Abonnez-vous
à la newsletter de la Fidi

Annuaire des Adhérents

Cliquez sur la région de votre choix et retrouvez les diagnostiqueurs membres de la FIDI proches de chez vous.

Diagnostic immobilier DOM TOM pochliaq mipylaro aurhal pralcoaz corse pays-loire bretagne bofrco centre normandie ile-de-france nopacapi charloal